Réflexions sur la Parole, chaque Dimanche...

Ce site est une réponse à l'exhortation de Benoît XVI Verbum Domini.
En ouverture du Synode qui a abouti à ce texte, le Saint Père déclarait :" Seule la Parole de Dieu peut changer profondément le coeur de l'homme et il est alors important que chaque croyant et chaque communauté entre dans une intimité toujours plus grande avec elle." Et il ajoutait: "c'est un don et une tâche incontournable de l'Eglise de communiquer la joie qui vient de la rencontre avec la personne du Christ, Parole du Dieu présent au milieu de nous."
L'annonce de la Parole dans un véritable élan missionnaire doit être le souci de tous les catholiques. On trouvera donc ici quelques réflexions et éclaircissements sur l'Evangile, au fil des Dimanches de l'année liturgique. Ces notes sont le fruit d'un travail de longue haleine sur la Bible, avec des prêtres, des exégètes, ou au sein d'équipes pastorales. Elles ont pour seule ambition de nous faire toujours plus apprécier la saveur de la Parole, de nous transformer toujours davantage en ces disciples au coeur brûlant qu'accompagna le Christ sur le chemin d'Emmaüs. Et de mieux nous préparer à la fraction du pain.

Année C : Dimanche du Baptême du Seigneur

 

 

 

 

Evangile

 

Evangile selon saint Luc3/15-16 21-22

Luc a gardé très clairement à cet épisode son sens primitif : il s'agit d'une "épiphanie", c'est-à-dire la  révélation et  la consécration de Jésus comme Messie-Fils de Dieu.

Contrairement à de nombreux commentaires qui "mélangent" les différentes approches des évangélistes, Luc ne semble pas suggérer une relation au baptême chrétien. Son texte peut, au contraire, être rapproché de l'épisode de Pentecôte qui ouvre le livre des Actes : mêmes idées, même rédaction, même vocabulaire.

Le passage proposé aujourd'hui regroupe deux ensembles séparés. L'idée de ce rapprochement est intéressante, mais le risque est grand d'oublier la suite où Luc précise ce qu'il faut entendre par filiation divine à l'encontre de certaines interprétations courantes.

Le message du Précurseur

Le peuple (venu auprès de Jean-Baptiste) était en attente et tous se demandaient, au sujet de Jean si, peut-être, ce n'était pas lui le Christ.

Jean répondit, en disant à tous :

"Moi, je vous baptise d'eau. Mais il vient, celui qui est plus fort que moi et dont je ne suis pas digne de défaire la courroie de ses sandales.

Lui, vous baptisera dans l'Esprit-Saint et dans le feu "

(Suite : " Il tient dans sa main la pelle à vanner pour nettoyer son aire et assembler le blé dans son grenier ... Hérode le tétrarque, sans cesse réprimandé par lui au sujet d'Hérodiade et de toutes les choses méchantes qu'Hérode avait faites, ajouta ceci : il enferma Jean en prison.)

La vraie nature de Jésus-Messie

" Alors que tout le peuple était baptisé,

comme Jésus aussi avait été baptisé et était en train de prier

le ciel fut ouvert.

L'Esprit-Saint descendit sur lui, sous un aspect corporel, comme une colombe

une voix arriva du ciel :

"Toi, tu es mon Fils; moi, aujourd'hui, je t'ai engendré "  (Ps. 2/7)

Les méprises possibles

=     sa nature de Fils de Dieu ne l'arrache pas à notre humanité, mais l'y insère :

Jésus, lorsqu'il commença, avait environ trente ans, étant fils, comme on s'imaginait, de Joseph, d'Héli…de David, de Jessé...de Juda, de Jacob, d'Isaac, d'Abraham ...  d'Enos, de Seth, d'Adam, de Dieu                      (77 noms)

= il reste soumis aux mêmes conditions d'engagement que nous affrontons en notre humanité. Ses choix sont nets sur trois secteurs essentiels :

pas de miracles

pas de compromission avec les "pouvoirs" politiques

pas de conception "à partir d'en-haut" mais un témoignage

historique "au niveau humain" ...

 

 

 

Pistes possibles de réflexion

Avec tout le peuple, Jésus aussi se fait baptiser

Solidarité avec tous les pécheurs.

Que Jésus  se fasse baptiser avec le peuple qui cherche à se détourner de ses péchés, comporte quelque chose de profondément mystérieux ; c’est comme s’il voulait déjà, dans son premier acte public, manifester sa solidarité avec tous les pécheurs. Plus tard, par le baptême chrétien, il recevra les siens dans son Eglise, par l’humiliation d’une descente dans l’eau comme élément de mort et de revivification ; il ne veut rien imposer aux siens qu’il n’aurait pas traversé lui-même.

Et si le baptême sera réellement un ensevelissement avec lui dans sa mort et une émergence à une nouvelle vie impérissable (comme Paul la décrira, Rm 6), pour lui ce premier baptême est déjà une obligation anticipée en vue de sa propre passion et résurrection : tout ce qui se produira entre le baptême et la croix est encadré par un sens et un événement d’une seule venue.

La volonté trinitaire de salut

Le baptême au Jourdain est pour Jésus un baptême « par le Saint-Esprit », le baptême sur la croix est pour lui un baptême « par le feu » ; le premier est un acte de solidarité avec les pécheurs à purifier, le second est la destruction par le feu de tout le péché du monde.

Au-dessus de cet événement, Dieu se fait connaître comme le Dieu trinitaire : le Père qui envoie confirme son « Fils bien-aimé », qui, en vertu d’un amour libre, accomplit la volonté trinitaire de salut, le Saint-Esprit vole sous la forme d’une colombe entre le Père du ciel et le Fils qui prie sur la terre ; il transmet à celui-ci la volonté du Père et apporte la prière du Fils au Père. Tout entre le baptême et la croix-résurrection correspondra à cette forme ici visible de la décision trinitaire de salut.


 

 

 



Mise à jour le Dimanche, 10 Janvier 2016 11:27
 
Actualités

Ici, vous avez accès à toutes les actualités de JADE, maison d'édition de musique sacrée.
Le site de JADE est visible ici.

 
 
Contact

Vous pouvez nous contacter en cliquant ici.

 
 
Catéchèse & Pastorale

Vous trouverez ici divers articles concernant la Catéchèse et la Pastorale.
Veuillez suivre ce lien.

 
 
Sites amis

Le site de Monseigneur Thomas : www.thomasjch.fr