Réflexions sur la Parole, chaque Dimanche...

Ce site est une réponse à l'exhortation de Benoît XVI Verbum Domini.
En ouverture du Synode qui a abouti à ce texte, le Saint Père déclarait :" Seule la Parole de Dieu peut changer profondément le coeur de l'homme et il est alors important que chaque croyant et chaque communauté entre dans une intimité toujours plus grande avec elle." Et il ajoutait: "c'est un don et une tâche incontournable de l'Eglise de communiquer la joie qui vient de la rencontre avec la personne du Christ, Parole du Dieu présent au milieu de nous."
L'annonce de la Parole dans un véritable élan missionnaire doit être le souci de tous les catholiques. On trouvera donc ici quelques réflexions et éclaircissements sur l'Evangile, au fil des Dimanches de l'année liturgique. Ces notes sont le fruit d'un travail de longue haleine sur la Bible, avec des prêtres, des exégètes, ou au sein d'équipes pastorales. Elles ont pour seule ambition de nous faire toujours plus apprécier la saveur de la Parole, de nous transformer toujours davantage en ces disciples au coeur brûlant qu'accompagna le Christ sur le chemin d'Emmaüs. Et de mieux nous préparer à la fraction du pain.

Année A: 6ème Dimanche du temps ordinaire

Année A : Sixième Dimanche du temps ordinaire

 

Sommaire

Actualité : service minimum pendant les vacances

Evangile : Matthieu 5/17-31

Méditation : le sens de la Loi (Balthasar)

Méditation : Du danger des traditions (mal comprises)

Actualité

Pour les trois dimanches du temps ordinaire qui restent avant le mercredi des cendres : service minimum.  Mais en quelle compagnie ! Je vous livre une synthèse des commentaires que le grand théologien Hans Urs von Balthasar  propose sur les lectures dominicales dans un petit ouvrage intitulé…Lumière de la parole (un volume par année liturgique : éditions culture et vérité, 1989). Indispensable dans une bonne bibliothèque chrétienne.

Je vous livre tout de même un petit texte sur le danger des traditions (mal comprises) qu’un périodique catholique n’avait pas osé publier. (Je vous rassure, l’article a reçu l’approbation d’un évêque).

Je profite de ces vacances pour préparer les commentaires des évangiles du Carême et terminer la réflexion sur : Sept Verbes clefs pour éduquer.

Evangile

 

Evangile selon saint Matthieu  5/17-31

Matthieu développe longuement, dans un premier regroupement à la suite de sa vision

d'ensemble, une question importante pour sa communauté : l'enseignement du Christ face à la Loi juive.

Ce faisant, il éclaire une question plus générale, toujours actuelle : les rapports entre un passé sans cesse à purifier de

sa sclérose et un présent qui exige le souffle d'un nouvel esprit...

énoncé général : pas suppression, mais "accomplissement" par une "justice = sainteté" surabondante.

" Ne vous imaginez pas que je suis venu détruire la Loi ou les prophètes,

je ne suis pas venu détruire, mais accomplir.

Car en vérité je vous dis : jusqu'à ce que passent le ciel et la terre, pas un iota, pas un seul trait ne passera de la Loi jusqu'à ce que tout arrive."

Donc, celui qui rejettera un seul de ces plus petits commandements et qui enseignera aux hommes à faire ainsi, sera appelé le moindre dans le Royaume des cieux.

Mais celui qui les fera et les enseignera, sera appelé grand dans le Royaume des cieux.

Car je vous dis : si votre justice ne surabonde plus que celle des scribes et des pharisiens, vous n'entrerez pas vers le Royaume des cieux.

Quelques exemples : sept dont cinq aujourd'hui

1. Dissension entre frères (chrétiens)

Vous avez entendu qu'il a été dit aux anciens: " Tu ne commettras pas de meurtre

et celui qui commettra un meurtre, sera passible du jugement."

Or moi, je vous dis que: tout homme qui se met en colère contre son frère, sera passible du jugement. Celui qui dira à son frère : 'tête creuse', sera passible du sanhédrin, celui qui dira : 'fou', sera passible d'être jeté vers la Géhenne de feu.

Si donc, lorsque tu portes ton don sur l'autel du sacrifice, et que là tu te souviens

que ton frère a quelque chose contre toi, laisse ton don là, devant l'autel et pars.

d'abord réconcilie-toi avec ton frère, et alors viens et porte ton don.

2. Dissension avec les autres (au sens large)

Accorde-toi vite avec ton adversaire pendant que tu es avec lui sur le chemin, de peur que l'adversaire ne te livre au juge, le juge au garde et que tu ne sois jeté en prison. En vérité je te dis : Tu ne sortiras pas de là avant d'avoir payé jusqu'au dernier sou.

3. Respect de la femme (désir)

Vous avez entendu qu'il a été dit : " Tu ne commettras pas d'adultère."

Or moi, je vous dis que: tout homme qui regarde une femme pour la désirer, a déjà commis un adultère avec elle dans son cœur.

Si ton œil droit te scandalise, retranche-le et jette-le loin de toi : car il t'importe que se perde un seul de tes membres et que ton corps tout entier ne soit pas jeté dans la géhenne.

Et si ta main droite te scandalise, arrache-la et jette-la loin de toi : car il t'importe que se perde un seul de tes membres et que ton corps tout entier ne soit pas jeté dans la géhenne.

4. Question du divorce

Il a été dit : " Celui qui répudiera sa femme, qu'il lui donne un acte de divorce."

Or moi, je vous dis que: Tout homme qui renvoie sa femme, hormis le cas d'inconduite, la fait être objet d'adultère et celui qui épouse une femme renvoyée, commet un adultère.

5. Vérité de la parole donnée

De nouveau vous avez entendu qu'il a été dit aux anciens : " Tu ne feras pas de faux

serments, mais tu t'acquitteras de tes serments envers le Seigneur."

Or moi, je vous dis de ne pas jurer du tout, ni par le ciel, car c'est le trône de Dieu ni par la terre, car elle est son marchepied, ni par Jérusalem, car elle est la ville du Grand Roi, ni par ta tête ne jure pas, parce que tu ne peux pas rendre un seul de tes cheveux blanc ou noir.

Que votre parole soit : "oui" si c'est "oui", "non" si c'est "non", tout ce qui est en plus de ceci vient du Mauvais.

suivent:

6. La non-violence

 7. L'amour universel

et la conclusion générale : " Vous donc, soyez parfaits comme votre Père céleste est parfait "

reprise de la phrase d'Ancien Testament : " Vous serez saints car je suis saint. "

Lévitique 11/44 11/45 19/2

 

 

Méditation sur le sens de la Loi : Hans Urs Von Balthasar

Le sens de la Loi

Dans ce passage, Jésus souligne qu’il n’est pas venu abolir la Loi donnée par Dieu dans l’Ancienne Alliance, mais l’accomplir dans son sens primitif, pensé par Dieu. Ce sens a été indiqué au Sinaï : « vous êtes devenus saints, car je suis saints » (Lv 11,44) . Jésus ne répète pas autre chose dans le Sermon sur la montagne : «  Vous donc, vous serez parfaits comme votre Père céleste est parfait » (Mt 5,48).

C’est le sens profond et le but des dix commandements : celui qui veut demeurer dans l’alliance avec Dieu doit correspondre à son attitude et sa pensée. Jésus nous montre que cet accomplissement de la loi est possible : il en vivra devant nous, tout au long de son existence le sens ultime, jusqu’à ce que tout se prophétise jusqu’à le croix et la résurrection. Il ne nous est rien demandé d’impossible.

Eh bien ! moi je vous dis…

Ces antithèses : « Il a été dit aux anciens…eh bien ! moi je vous dis », peuvent donner l’impression que Jésus remplace la Loi de l’Ancienne Alliance par une nouvelle. En fait, il la purifie de la rouille qui s’est déposée sur elle (négligence des hommes et confort) pour montrer le sens clair que Dieu a toujours placé en elle.

Pour Dieu, pas d’oppositions entre la Loi du Sinaï et la foi d’Abraham. Scribes et pharisiens n’ont pas compris que  leur justice de par soi doit être dépassée en direction d’Abraham et, plus profondément de Dieu.

L’alliance est offre de réconciliation de Dieu avec les hommes, c’est pourquoi l’homme doit d’abord se réconcilier avec son prochain, avant qu’il puisse paraître devant Dieu.

Dieu est éternellement fidèle dans son alliance, c’est pourquoi le mariage entre l’homme et la femme sera une image de cette fidélité.

Dieu est véridique dans sa fidélité, c’est pourquoi l’homme se tiendra à un oui et à un non véridique.

Décision : ou bien je me cherche moi-même et ma performance, ou bien je cherche dieu et son service…la mort où la vie.

Ciel ou enfer

Le radicalisme avec lequel Jésus comprend la loi de Dieu mène à l’ouverture du Royaume des Cieux (Mt 5,20) ou à sa perte, la géhenne (Mt 5,22.29.30)

Qui suit Dieu, le trouve et parvient au Royaume ; qui ne cherche dans la Loi que sa perfection personnelle, perd Dieu, et s’il persiste dans son attitude, le perd définitivement.

 

Méditation : du danger des traditions

Je tiens d’abord à dissiper tout malentendu : je suis pour la tradition…Je ne pourrais d’ailleurs être chrétien sans la tradition. Le Christ n’a jamais laissé d’écrits que sur le sable et ce que je sais de lui, je le sais par témoignage.  Un  témoignage transmis au cours des âges et rendu toujours plus vivant à travers les siècles ! Transmission vivante : voici une  bonne définition  de la tradition.

Or il a toujours existé dans l’histoire du christianisme une tentation de figer la tradition : ce n’est qu’un aspect de la grande tentation (repoussée par le Christ au désert) de rassurer notre besoin  d’absolu ici-bas en  configurant le mystère chrétien à un ordre  qui, pour se parer des allures de ce mystère, n’en reste pas moins limité et borné. Cette prétention finit toujours par plonger ses adeptes dans le magique le plus  archaïque.

Je vous propose un petit vade me cum en six points sur le danger des traditions (traditions mal comprises s’entend). Il va de soi que ces réflexions ne visent aucun groupe en particulier, mais  s’adressent à chaque chrétien en particulier. Planter la tente au lieu de redescendre du Thabor, et nous ne nous serions jamais retrouvés sur les chemins d’Emmaüs

Du danger des traditions (mal comprises)

1)        Les traditions sont moins traditionnelles qu’on ne le pense. Avant la tradition, il y avait une autre tradition.  Le retour à la source de l’évangile et des pères de l’Eglise est toujours salutaire.

2)        Se méfier de toute prétention à l’absolu, un légitime besoin de sécurité se dégradant en passivité. Le Christ nous invite à une dynamique : « je suis le chemin, la vérité et la vie. » Le Chrétien ne possède pas la vérité, c’est la vérité qui le possède.

3)        Se méfier de la survalorisation des détails. Par exemple le rubricisme à la messe. On  perd de vue l’essentiel.

4)        La tradition figée s’arrange toujours d’aménagements,  avec leur cortège d’hypocrisie.

5)        Le virus religieux  aboutit à toujours à une déshumanisation, une fausse conception de Dieu suggérée par l’imaginaire d’une époque aboutit à fausse conception de l’homme, et provoque le durcissement de ses rapports avec le monde.  Voire à une séparation des « purs » !

6)        Les traditions figées provoquent des retards d’universalité. Ces traditions naissent par rapport  à un modèle dépassé et un cadre culturel spécifique. Elles peuvent certes faciliter la foi et prendre de l’importance mais elles bloquent souvent  l’adhésion à des regards extérieurs. Elles se demandent   qui est le prochain et non comment se faire le prochain de l’Autre. Désastreux sur le plan missionnaire, elles recrutent des adeptes au lieu de former des disciples.

 
Actualités

Ici, vous avez accès à toutes les actualités de JADE, maison d'édition de musique sacrée.
Le site de JADE est visible ici.

 
 
Contact

Vous pouvez nous contacter en cliquant ici.

 
 
Catéchèse & Pastorale

Vous trouverez ici divers articles concernant la Catéchèse et la Pastorale.
Veuillez suivre ce lien.

 
 
Sites amis

Le site de Monseigneur Thomas : www.thomasjch.fr